FPI-RDCongo | Ressources Humaines
Visite du Ministre de l'Industrie au FPI'

Échange entre le Ministre de l’Industrie et le personnel du FPI

Visite officielle du Ministre :

Le Ministre de l’Industrie Julien PALUKU, a effectué une visite officielle, le mercredi 27 novembre 2019 au siège du Fonds de Promotion de l’Industrie. À cette occasion, le Ministre a présenté sa vision et les grandes orientations de son ministère sur la politique industrielle de la République Démocratique du Congo. Et, il a annoncé la grande ambition de Son Excellence Monsieur le Président de la RépubliqueEt, il a annoncé la grande ambition de Son Excellence Monsieur le Président de la République Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO que son Ministère devra matérialiser, celle de créer au minimum 100 millionnaires par le truchement du Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI).

« Le Chef de l’État Félix-Antoine TSHISEKEDI a donné sa vision de réduction de la pauvreté. C’est à nous de créer les richesses. Car c’est la création des richesses qui va contribuer à la réduction de la pauvreté. Et notre objectif est d’avoir au moins 100 millionnaires en RDC », a déclaré Julien PALUKU.

La première depuis son arrivée à la tête du Ministère de l’Industrie, le Ministre de tutelle a profité de cette occasion pour féliciter le travail qu'abat actuellement le management tout en rappelant les assignations à atteindre par le FPI dans le budget 2020 de la République.

Le Ministre Julien PALUKU a salué le travail abattu sur terrain par la Direction Générale du Fonds de Promotion de l’Industrie. Il s'est, par ailleurs, félicité de l'accroissement des recettes mensuelles du FPI qui sont passées, il y a trois ans, de 4 milliards de Francs Congolais (près de 2.5 millions de Dollars Américains) à 16 milliards de Francs Congolais (près de 10 millions de Dollars Américains).

En tant qu’institution publique, le budget de l’état pour l’année 2020 attend du FPI des assignations annuelles qui s'élèvent à environ 230 millions de Dollars Américains.

« Ça sera difficile certes, mais il n'est pas non plus impossible d'y arriver. C'est un travail qui doit être fait et nous devons examiner les possibilités pour y parvenir. Il y a des mesures qui seront prises pour attendre ces 34 milliards de Francs Congolais par mois », a martelé le Ministre de l'Industrie.

Enfin, le Ministre de l'Industrie a mentionné que le processus pour récupérer les 150 millions de Dollars Américains se trouvant entre les mains des créanciers du FPI, avait déjà débuté avec la saisie de certains immeubles qui seront bientôt mis en vente publique. Il a, par ailleurs, indiqué que même si l’arrangement à l’amiable est à privilégier, son Ministère a mis, cependant, toutes les batteries en marche, pour contraindre les débiteurs indélicats qui ne voudront pas s'acquitter de leurs créances afin de remettre le FPI dans ses droits.

Publié le 05 décembre 2019

Direction Générale du FPI

Célébration de la Journée du travail

Une journée d’échanges et rencontre à bâton rompu entre l’employeur et les employés :

En marge de la journée du travail organisée le 1er mai de chaque année, la délégation syndicale du Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) a organisé le vendredi 3 Mai au centre d’évènements Roméo Golf à Kinshasa, une journée d’échanges entre l’employeur et les employés. Des échanges voulus sans ambages en vue d’améliorer la communication interne au sein de l’entreprise publique, FPI.

Plusieurs sujets d’ordre organisationnel et fonctionnel de l’entreprise ont été évoqués au cours de cette séance parmi lesquels : la mobilisation des recettes, les avantages et prêts sociaux, la problématique des subventions accordées par la Direction Générale, l’organisation du bilan de compétences, le rabattement des grades...
Sans détours, le Directeur Général Patrice KITEBI a répondu à toutes les préoccupations exprimées par la masse laborieuse.

« Il est vrai que dans la vie de toute entreprise on n’atteint pas le top de top. Nous avons fait des progrès substantiels bien sûr, mais le chemin à parcourir reste encore important. La rencontre d'aujourd'hui pour nous dirigeants, avait pour objectif de sensibiliser l'ensemble du personnel sur la nécessité d'une grande mobilisation aussi bien pour la recherche des ressources nécessaires pour l'institution mais surtout pour mieux les affecter. C’est dans ce contexte qu'un état d'esprit est nécessaire pour le FPI où chaque agent devra s'impliquer afin de permettre à notre établissement public d'atteindre l'objectif que le législateur congolais lui a assigné », a déclaré le Directeur Général.

Agents et cadres du FPI

A l’issue de ces échanges, les agents et cadres ont exprimé leur satisfaction. Pour plus d’un, cette rencontre a été d’une grande importance étant donné qu’elle vient renforcer la cohésion au sein de l’entreprise pour converger vers un idéal commun.
" Avec cet exercice, le rêve du FPI nouveau devient de plus en plus un rêve partagé. C’est le rêve des hommes et des femmes qui sont au service du développement de la nation en tant qu’instrument de la politique nationale ".

Au nom de tous les agents, Thierry TAMBWE, Président de la délégation syndicale et initiateur de cette rencontre, s’est dit satisfait de la réussite de cette journée qui en réalité, est une première au sein du Fonds de Promotion de l’Industrie. Les agents ont émis le vœu de voir s’organiser fréquemment les journées d’échanges.

Publié le 05 mai 2019

Photo de Famille : Femmes du FPI et la D. Générale

Journée de réflexion des femmes du FPI

Participation active de la femme du FPI dans la mobilisation de la Taxe de Promotion de l’Industrie (TPI) :

Réunies autour du comité genre et Réseau des Femmes des Entreprises du Congo (Refec), les femmes du Fonds de Promotion de l'Industrie (FPI), ont organisé le vendredi 12 avril 2019 au cercle Elaïs de Kinshasa Gombe, une journée de réflexion sur le thème « la femme du FPI s’investit pour promouvoir la paix, la sécurité et l’accès aux services de qualité en soutenant le programme de l’institution par une participation active à la mobilisation de la taxe ».
Il s’est agi d’une sensibilisation de la femme du FPI sur sa participation active dans la mobilisation de la Taxe de Promotion de l’Industrie (TPI).

Placée sous l’enseigne du transfert de connaissance particulièrement de la TPI qui est la principale ressource qui permet au FPI d’exister, cette journée de réflexion a eu le mérite de développer quelques thématiques notamment les innovations au niveau de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, ainsi que la manière dont il faut mobiliser et financer les projets.

Pour Madame Fifi MOBHE, Directrice Adjointe des Finances et point focal du comité genre-Refec, « il est temps qu’un nouvel état d’esprit arrive au FPI. Chaque femme devra s’impliquer afin d’atteindre l’objectif que le législateur RD-congolais a assigné à notre entreprise, à savoir financer les projets. Mobiliser plus pour financer mieux, c’est le credo auquel chaque femme doit s’allier aujourd’hui »

Cette journée a permis aux femmes travailleuses du FPI d’apprendre comment et quoi faire pour mobiliser la taxe. « Une fois que nous aurons compris comment la TPI est mobilisée, nous allons apprendre comment faire pour qu’en finançant, on ne puisse pas créer des impayés dans notre portefeuille en procédant par une bonne affectation et suivi de nos avoirs auprès de nos emprunteurs dans le cadre de financer mieux », a martelé Madame Fifi MOBHE Directrice Adjointe des Finances.

Les femmes ont demandé au Directeur Général du FPI d’user de son pouvoir discrétionnaire afin d’appliquer une discrimination positive lors des décisions relatives aux promotions en grades pour permettre à plus de femmes d’accéder à des postes de commandement en tenant compte de la méritocratie des unes et des autres.

"Connais-toi, toi-même. C’est en ces termes que le Directeur Général Patrice KITEBI s’est adressé aux femmes du FPI. Durant cet échange avec les femmes agents et cadres du FPI, le no 1 du FPI a circonscrit l’objet social du Fonds de Promotion de l’Industrie, à savoir promouvoir l’essor de l’industrie par le financement des projets, afin de leur faire comprendre le sens du credo " mobiliser plus, financer mieux ".

Femmes en plein échange

D’autres thématiques ont été développées au cours de cette journée, notamment les nouveautés sur la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS).

« La nouvelle loi sur le régime général de sécurité sociale apporte des innovations importantes tant en couverture sociale qu’en prestations sociales. Elle prend en charge les travailleurs soumis aux dispositions du code du travail », a dit Madame Lina LUKIANA BANDUBOLA, de la CNSS lors de son exposé.

Cette cérémonie a été ponctuée par la remise des certificats d’honneur à Monsieur le Directeur Général Patrice KITEBI et à Monsieur le Directeur Général Adjoint Boniface KASEMBE, pour leur implication à l’émergence et à l’épanouissement de la femme du FPI.

Publié le 17 avril 2019.

Photo d'échange de vœux 2019

Échange de vœux 2019

Le vendredi 1er février 2019, le Fonds de Promotion de l’Industrie a organisé la cérémonie d’échange de vœux 2019 :

Agents, cadres et invités se sont réunis pour la circonstance au site Bangala qui abrite le nouveau bâtiment du Fonds de Promotion de l’Industrie. Faisant d’une pierre deux coups, le Directeur général Patrice KITEBI a saisi cette occasion pour faire le point sur la marche de l’entreprise.

Dans son discours-bilan, le Directeur Général Patrice KITEBI est d’abord revenu sur le chemin parcouru depuis le début de l’année écoulée, avant de tracer les perspectives d’avenir de l’entreprise. Pour lui, la Direction Générale a poursuivi son action sur les voies des reformes et de la mise en œuvre du budget élaboré sur la base du plan triennal.

En clair, il a relevé quelques réalisations enregistrées au cours de l’année 2018. En, rapport avec la mobilisation de la Taxe de Promotion de l’Industrie (TPI) et du recouvrement des créances, le Directeur Général Patrice KITEBI a évoqué entre autres l’obtention du reversement de la taxe locale à 2%, conformément aux textes légaux; l’aboutissement des discussions avec la DGDA ayant conduit à la signature de nouvelles instructions administratives et à un nouveau paramétrage des recettes de la Taxe de Promotion de l’Industrie (TPI) issues des importations des miniers; l’intensification du recouvrement des créances sur les prêts par la voie des dations en paiement avec l’appui des services de l’Etat.

Des efforts sont aussi signalés au plan de la gouvernance. « L’exercice 2018 a été marqué par le commencement de la révision des manuels de procédures, la création de la fonction des adjoints aux responsables des directions provinciales, le dépôt des rapports des cabinets d’audit ainsi que le début de la mise en œuvre de leurs recommandations » a affirmé le Directeur Général Patrice KITEBI.

Concernant le social du personnel, Patrice KITEBI a relevé des réalisations notamment la reconstitution du fonds social devenu opérationnel avec l’octroi aux cadres et agents des avances destinées à couvrir des besoins spécifiques.

Cependant, tout en félicitant tout le personnel du Fonds de Promotion de l’Industrie aussi bien à Kinshasa qu’en provinces pour les performances réalisées, le Directeur Général Patrice KITEBI a reconnu que beaucoup reste à faire pour réussir à atteindre les objectifs assignés. Entre autre la poursuite des inscriptions systématiques des hypothèques pour sécuriser le portefeuille; l’identification des opportunités d’investissement privées dans toutes les 26 provinces. Le financement des projets de l’entrepreneuriat féminin en accord avec les engagements pris par le Fonds de Promotion de l’Industrie lors de l’atelier de mai 2018; et l’amélioration du système informatique. Pour les projets non encore abouti, il a promis qu’ils devront être concrétisés en 2019. En outre, le Directeur Général Patrice KITEBI a sollicité une fois de plus le sens de responsabilité de tous les agents pour parachever ensemble et en partenaires, la redynamisation de l’entreprise.

La délégation syndicale encourage la Direction Générale de poursuivre avec les reformes.

« Cher employeur, les reformes que vous aviez entreprises au cours de l’année 2018 sont très éloquentes et prouvent à suffisance votre volonté de remettre le FPI aux standards des institutions de crédit dignes de ce nom. C’est ainsi que nous avons réussi, sous votre impulsion, à redorer l’image de notre entreprise. » C’est en ces termes que le président de la délégation syndicale s’est exprimé tout en reconnaissant les efforts fournis par la Direction générale pour la bonne marche de l’entreprise durant l’année passée et a promis le soutien de la masse travailleuse.

Cependant, le Président de la délégation syndicale a appelé au strict respect des textes régissant l’entreprise, avant de faire quelques recommandations en termes de réalisations pour l’année 2019. Dans la logique d’amélioration des conditions de travail et social des agents, Thierry TAMBWE a souhaité de voir débuter les travaux de construction du site Manoah ; la poursuite du déblocage des fonds pour les crédits véhicules non seulement aux Directeurs qui n’ont pas été servis mais aussi aux agents et cadres ; la régulation de grades pour certains cadres et agents dès la levée des mesures conservatoires prises par les autorités du pays. Pour le speaker de la masse travailleuse du Fonds de Promotion de l'Industrie, la Direction Générale doit, durant l’année en cours, aussi rendre possible l’équité dans le paiement des primes, ainsi que la suppression du phénomène "Tingi Tingi" jugé dégradant pour le cadre.

Madame le Directeur de Ressources Humaines Marie-Perpétue ZAFUILA est revenu sur les cinq principes de gestion de notre établissement notamment le professionnalisme, la créativité, le sens d’éthique, le réalisme et la détermination. Avec modestie, elle reconnait que le personnel n’a pas atteint la perfection dans les exécutions des taches mais fait de son mieux pour tenir compte des observations de la Direction Générale afin de s’améliorer.

Pour sa part, le Ministre de l’Industrie, Marcel ILUNGA, s’est réjouis de constater que le Fonds de Promotion de l’Industrie a mis l’accent, dans sa nouvelle vision de la politique de financement, sur la viabilisation des sites et espaces économiques, l’identification des opportunités d’investissement dans les 26 provinces et le développement de l’agro-industrie en se basant sur l’approche des chaines de valeur.

Publié le 5 février 2019.

Agents et cadres du FPI en formation sur le suivi et évaluation des projets

Le Fonds de Promotion de l'Industrie organise une formation sur le suivi et évaluation des projets :

Une Cinquantaine de cadres et agents du Fonds de Promotion de l’Industrie ont suivi du 12 au 23 novembre 2018 à Kinshasa, une formation sur la planification opérationnelle et contrôle de projet et programme le suivi et évaluation des projets.

Cette formation a été assurée par Setym international, une firme canadienne spécialisée dans le renforcement des capacités et des interventions d’appui technique en gestion de projet, management et organisation, passation des marchés, gouvernance publique et développement durable.

Cette formation est organisée en vue de concrétiser l’option de « financer autrement le projet » défendue par la Direction Générale, en adoptant un mode de gouvernance adapté à la Gestion Axée sur le Résultat (GAR).

« L’objectif était de renforcer la capacité de ces agents pour la planification de projets, s’assurer d’avoir dès le départ des éléments pour une bonne analyse et ensuite d’effectuer un suivi et un contrôle tout au long du projet pour apporter des correctifs nécessaires et s’assurer que le projet correspond aux besoins de la population bénéficiaire », a fait savoir Marilyne SIMARD formatrice.

Pour les récipiendaires, cette formation a visé, l’amélioration de l’efficacité au sein de l’entreprise.

« Cette formation nous a permis de comprendre les erreurs qu’on commettait dans l’évaluation et suivi des projets. Maintenant nous pouvons affirmer que cette formation va améliorer notre façon de travailler » affirme Nana Mitshabu, agent de la Direction de la coordination provinciale.

Publié le 10 février 2019.

Agents et cadres du FPI en formation de MBA

Quelques agents et cadres du Fonds de Promotion de l'Industrie en formation de MBA pour assurer la relève :

Dans le souci de renforcer la capacité de son personnel à devenir des meilleurs managers de demain, Le Fonds de Promotion de l'Industrie a signé un contrat de collaboration avec l’université de Moncton au Canada pour dispenser un programme de master en Business et administration (MBA).

Au total 30 agents vont suivre pendant deux ans ce programme de formation sous forme présentiel à Kinshasa et en ligne. L’université de Moncton est une université de langue française qui s’est bâti un savoir-faire dans les domaines du développement de cours en ligne et met un accent particulier sur la gestion et coordination de projet, conception pédagogique et la conception médiatique.

Cette formation s’inscrit dans la recherche de remise à niveau du personnel évoquée lors des assisses sur les états des lieux du Fonds de Promotion de l'Industrie tenues en décembre 2016. Le programme de master en Business et administration (MBA) sollicité par le Fonds de Promotion de l’Industrie permettra d’assurer la relève étant donné que d’ici deux ans, la plupart de cadres des directions iront en retraite.

Interrogé à cet effet, quelques bénéficiaires ont livré leurs sentiments :

- Patrick MBUNGU Fondé de Pouvoir : « La qualité des cours dispensés est de haut niveau. Les discussions et les études des cas vont apporter une reforme dans notre façon de travailler, surtout dans l’octroi de crédit et subvention ainsi que dans la collecte de la taxe de promotion de l’industrie. Nous devons intégrer toutes ces notions apprises dans les réformes initiées par la Direction Générale afin d’éviter les redondances dans l’analyse et traitement des dossiers. Ceci permettra de réduire sensiblement le temps d’exécution des tâches et de prise des décisions stratégiques ».

- Beni NGAVUKA Chef de Service : « la formation va apporter un changement au sein du FPI. La prise des décisions sera assistée par un tableau de bord généré par un système d’information intégré. Aussi il faut évoquer la réduction des coûts d’exploitation et l’amélioration de communication entre le FPI et ses partenaires… »

Le premier cours sur les systèmes d’information s’est déroulé à Kinshasa entre décembre 2018 et janvier 2019 avec le Professeur BOOTO.

Publié le 30 janvier 2019

Renforcement des capacités

Les auditeurs du Fonds de Promotion de l'Industrie à l’école du renforcement des capacités :

Les auditeurs internes du Fonds de Promotion de l’Industrie sont depuis le lundi 19 novembre 2018 en formation de mise à niveau de leurs connaissances et capacités. Cette formation de dix jours va aussi s’inscrire dans la ligne droite des normes internationales pour une pratique professionnelle de l’audit interne exigeant la formation continue des auditeurs.

Le Directeur Général Adjoint Boniface KASEMBE qui a ouvert cette session de formation a affirmé que celle-ci va répondre à la stratégie du management actuelle du Fonds de Promotion de l’Industrie qui reste préoccupé par le redressement de l’entreprise dont la faisabilité dépend en grande partie de la valeur professionnelle et de l’engagement de ses cadres.

Comme toute entreprise de l’Etat, le Fonds de Promotion de l’Industrie a aussi connu ces dernières années, des difficultés liées à l’environnement socioéconomique du pays, tout comme celles de nature androgène liées à la mégestion décriée lors de l’atelier sur les états de lieux de Fonds de Promotion de l’Industrie en 2016.

Il a été relevé des procédures de contrôle non adaptés, le manque de missions de suivi des recommandations d’audit par les directions et services audités, insuffisance d’un personnel qualifié et compétant.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route de 2016, la Direction Générale a procédé à des mises en place des effectifs en personnel pour permettre au service d’audit interne d’avoir une équipe professionnelle capable d’assurer avec satisfaction la mission normative dévolue à ce services.

Malgré ces efforts de la Direction général du Fonds de Promotion de l’Industrie, le service de l’audit interne est confronté par : la non fiabilité des donnés financières, un manque de maitrise des risques stratégiques opérationnels, financiers et informatique, l’absence de certification de comptes annuels, la capacité limitée des auditeurs internes…

C’est au regard de ces faiblesses et insuffisances que le Fonds de Promotion de l’Industrie a sollicité le concours d’un consultant pour le renforcement des capacités des auditeurs internes dans le but de les amener à se familiariser et à manipuler les normes qui constituent en réalité les conditions indispensables au bon accomplissement des missions et enjeux de la fonction d’audit interne.

« L’audit reste et demeure l’œil et l’oreille de la Direction Générale sur tous les aspects liés à la gestion. L’événement de ce jour ne vise qu’un seul objectif à savoir : la performance de la fonction auditeur interne dans la gouvernance du Fonds de Promotion de l’Industrie » a commenté le Directeur Général Adjoint.

Il a par ailleurs insisté sur l’assiduité tout azimut des uns et des autres tout en les invitant à garder à l’esprit la trilogie qui sous tend la vision managériale du Fonds de Promotion de l’Industrie à savoir la participation, la responsabilité et la recevabilité.

Pour Maurice MBAYA, Directeur Général du Cabinet d’Audit Price WaterhouseCoopers, son cabinet a été choisi de part sa grande expérience doublée d’une expertise avérée dans la méthodologie proposée reposant sur la planification, l’exécution et la finalisation. Il sera question d’encadrer les auditeurs internes dans la compréhension et la maitrise des normes internationales pour la pratique professionnelle de l’audit.

Pour rappel, l’atelier sur les états des lieux tenu à Kinshasa en décembre 2016 avait révélé un diagnostic catastrophique paralysant la bonne exécution de missions assignées au Fonds de Promotion de l’Industrie par le Législateur.

Publié le 20 novembre 2018

Nouvelle délégation syndicale

Installation officielle de la nouvelle délégation syndicale du Fonds de Promotion de l'Industrie :

La nouvelle délégation syndicale du Fonds de Promotion de l’Industrie issue des élections organisées le 25 juillet 2018, a été officiellement installée ce vendredi 24 août par le Ministre de l’Industrie Marcel ILUNGA LEU qui a officié cette cérémonie accompagné du Directeur Général Patrice KITEBI et du Directeur Général Adjoint Boniface KASEMBE.

Au total dix membres constituent la nouvelle équipe. Il s’agit de cinq membres effectifs et cinq suppléants qui devront travailler pour la réussite du projet présenté par Thierry TAMBWE wa MUTONDO, le président élu de la délégation syndicale.

Un projet s’articule autour de quatre points :

  • L’amélioration des salaires et des conditions socio professionnelles ;
  • L’égalité des droits de santé ;
  • La cristallisation des décomptes finaux et ;
  • Le respect des textes réglementaires.

Cette nouvelle délégation syndicale élue est issue de trois syndicats différents dont: l’Union Nationale des Travailleurs du Congo (UNTC), la Confédération Syndicale du Congo (CSC) et enfin la Confédération Démocratique du Travail (CDT).

« Notre mission sera non seulement de revendiquer les droits et les avantages des travailleurs, mais aussi de conscientiser et informer les cadres et agents de la situation de notre entreprise », a fait savoir Thierry TAMBWE wa MUTONDO avant d’ajouter que, lui et son équipe devront privilégier, le dialogue ; gage de la paix sociale pendant son mandat.

De son côté, la présidente sortante a invité la nouvelle équipe à se mettre au travail.
Aux agents « passez huit heures de travail comme l’exige la loi et non huit heures au travail », a exhorté Mme VITA qui se dit fière de ses six ans passés à la tête de la délégation syndicale du Fonds de Promotion de l'Industrie.

Marcel ILUNGA LEU, Ministre de l’Industrie, a félicité la nouvelle équipe syndicale.
Ancien syndicaliste, le Ministre a prodigué quelques conseils à la délégation syndicale élue avant d’évoquer la notion de la collaboration qui doit exister entre la délégation syndicale et l’employeur.

Publié le 26 août 2018

Élection syndicale

UNTC, Thierry TAMBWE wa MUTONDO, nouveau président de la délégation syndicale au sein du Fonds de Promotion de l’Industrie :

L’Union Nationale des Travailleurs du Congo (UNTC), a été élue syndicat majoritaire en réalisant 132 voix sur 313 votants, à l’issue de l’élection syndical organisée le 25 juillet 2018 dans les installations du FPI.
Avec cette victoire, l’Union Nationale des Travailleurs du Congo (UNTC) présidera la délégation syndicale en occupant deux sièges sur les cinq prévus, suivi de la Confédération Syndicale du Congo (CSC), deux sièges et de la Confédération Démocratique du Travail (CDT), qui a obtenu un siège.

Ces élections ont été supervisées par le Directeur des Ressources humaines du FPI, Marie Perpétue ZAFUILA en présence de deux inspecteurs au Ministère de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, un huissier de justice et les permanents syndicaux des syndicats de cette entreprise.

Il convient de rappeler que depuis la création du FPI, l’UNTC préside la délégation syndicale au sein du FPI. Ce syndicat est l’incarnation même du syndicalisme en RDC.

Pour le président élu, Thierry TAMBWE wa MUTONDO : « la campagne est révolue, mettons nous au travail. Je représente tous les agents du FPI sans coloration syndicale c'est-à-dire, je représente l’UNTC, la CSC et la CDT ».

Publié le 27 juillet 2018

Agent Féminin du FPI

L‘implication de la femme dans la nouvelle vision managériale du FPI

Au Fonds de Promotion de l’Industrie, les cadres et agents féminins ont eu deux journées de réflexion pour clôturer en beauté le mois de Mars 2017 leur dédié :

Du jeudi 30 mars au vendredi 31 mars 2017 au Cercle Elaïs de Kinshasa, dans la Commune de la Gombe, les femmes travailleuses du Fonds de Promotion de l’Industrie se sont réunies pour réfléchir sur la situation actuelle de leur Établissement public, mais aussi sur le rôle primordial que devrait jouer la femme dans son environnement.

« Aujourd’hui, nous avons la chance de nous retrouver entre nous. Le temps nous est donné pendant ces deux jours d’apprendre et d’échanger non seulement sur le thème de l’année, à savoir : Ensemble pour la parité 50-50 à l’horizon 2030 (comme thème mondial) ou encore Investir dans un travail décent et de plein emploi pour les femmes dans un climat de paix et d’équité (comme thème national), mais surtout de parler des problèmes propres à notre institution au cours de ces assises. Nous allons réfléchir sur notre contribution au défi sur le recouvrement et voir aussi comment répondre et appliquer les trois principes résumant la nouvelle vision de la haute direction du Fonds de Promotion de l’Industrie, à savoir : participation, responsabilité et redevabilité, a lancé Madame Fifi MOBHE, membre du Comité d’organisation et cadre de direction au sein du Fonds de Promotion de l’Industrie.

Pendant ces deux jours de réflexion, les femmes ont relevé que, le Fonds de Promotion de l’Industrie, bien qu’il soit compté parmi les institutions genérées de notre pays, n’a pourtant pas encore élagué certaines disparités liées au genre qui désavantagent de manière considérable les agents féminins. Dans ce cadre, nous pouvons épingler que contrairement à l’article 14 de la Constitution de la République qui élimine toute forme de discrimination à l’égard de la femme et assure sa protection et sa promotion, la femme du Fonds de Promotion de l’Industrie subit encore quelques injustices notamment en ce qui concerne la prise de retraite. Jusqu’à ce jour, la femme est obligée de prendre sa retraite à 60 ans ; alors que son collègue homme bénéficie de 5 années de plus ». Une autre disparité évoquée par les femmes du FPI à travers leur porte-parole, a trait au recrutement.
À en croire Fifi MOBHE, il existe toujours un nombre élevé d’hommes que de femmes à l’embauche au Fonds de Promotion de l’Industrie. Ce n’est pas tout. Il faut aussi ajouter la possibilité d’accès à certaines formations accordées très souvent aux hommes, en l’occurrence la formation des analystes des projets. Les femmes du Fonds de Promotion de l’Industrie déplorent aussi le non accès à des postes de prise des décisions.

Pour sa part, le Directeur Général du Fonds de Promotion de l’Industrie, Patrice KITEBI, a d’abord, lors de son mot marquant l’ouverture des travaux, appelé les femmes du Fonds de Promotion de l’Industrie à être toujours professionnelles dans ce qu’elles font. Répondant aux préoccupations de ses collaboratrices, le Directeur Général a précisé : « l’accès aux postes de responsabilité doit être mérité par la femme du Fonds de Promotion de l’Industrie. La femme du Fonds de Promotion de l’Industrie doit être capable de s’appliquer et de produire un travail de qualité pour prétendre à son ascension. Sur le plan du traitement de la femme en tant qu’agent, la Convention collective de notre Établissement a éradiqué plusieurs disparités qui existaient dans le temps, et l’agent féminin a aujourd’hui autant de droits que son collègue masculin ».

Pour ce qui est de la prise en compte de l’âge de départ à la retraite de l’agent féminin à 65 ans, le Directeur Général Patrice KITEBI a dit ne pas trouver d’inconvénient à ce que cela puisse être aussi applicable aux femmes ; étant donné que l’article 14 de la Constitution en parle déjà dans la partie sur la parité homme-femme. « Il en sera donc ainsi, et cela va être acté lors de la révision prochaine de la convention collective », a-t-il rassuré.

Des encouragements et recommandations aux femmes du Fonds de Promotion de l’Industrie :

Le Directeur général du Fonds de Promotion de l’Industrie a par ailleurs exhorté les femmes travailleuses de son entreprise à développer le respect et l’éthique dans leur parcours professionnel et aussi à faire preuve de leur savoir-faire pour prétendre à des postes de responsabilités. « Je suis d’avis qu’à compétence égale, la femme du Fonds de Promotion de l’Industrie mérite autant que son collègue homme, ce qui est logique », a-t-il souligné.

Patrice KITEBI a promis de prendre des dispositions nécessaires pour que soit progressivement instaurée la parité au niveau de l’accès des femmes aux postes de responsabilités au sein de l’institution. Plusieurs thématiques ont été développées dans divers secteurs notamment le genre, les droits de la femme, la santé ainsi que l’épargne.

Publié le 06 avril 2017